Avec Mafia 3, Hangar 13 propose un opus plus sombre et s'attaque aux Etats-Unis des années 60 et à la ségrégation raciale. Alors que donne cet épisode ?

[Test] Mafia 3 – Le Scorsese de 2016 ?

Sonnant le début du line up de Noël 2016, Mafia 3 est une des premières grosses licences à sortir dans les bacs.
Après un Mafia 2 en demi-teinte dans les quartiers de Empire Bay, cette fois-ci Hangar 13 nous propose un opus plus sombre et dur que les précédents en s’attaquant aux Etats-Unis de la fin des années 60 et à sa ségrégation raciale.

Mafia III racisme
Alors que donne cet épisode ? Digne d’un Scorsese ou plutôt d’un Ryan Combs ? Réponse ci-dessous !

.

Mafia 3 : New Bordeaux

Comme je vous l’ai dit précédemment, cet opus se déroule dans les années 60, sa période hippie, sa musique à tomber raide (si vous êtes fan de rock), ses drogues et autres luxures mais surtout sa partie sombre… Le racisme ouvertement assumé et le mouvement sudiste en pleine expansion.

Mafia III ku klux klan

Vous incarnez Lincoln Claye, un jeune afro-américain dans la vingtaine, qui revient du Vietnam après s’être porté volontaire pour aller défendre sa patrie l’Amérique. Il retrouve sa famille et ses amis mais aussi les galères dans lesquelles il va devoir tremper pour essayer de survivre.

Mafia III retour du front

Tout juste rentré du front, Lincoln découvre que son frère trempe dans des magouilles pas très légales car son père est clairement dans le noir financièrement parlant. Giorgi Scaletta, un de ses amis, lui propose alors de monter un gros coup afin de renflouer les caisses de tout le monde. C’est ainsi que démarre l’histoire de Mafia.

Mafia III pactole
JACKPOT !

.

Notre avis

La cinématique d’intro est digne d’un film ou d’une série bien montée. On y trouve un témoignage fait a posteriori de l’aventure, des images d’archives de faits marquants de l’époque mélangées à des images issues de New Bordeaux.

Mafia III cinématique

Mafia III archive
Mais on déchante plutôt vite avec le dur retour à la réalité du jeu quand Lincoln arrive à Delray Hollow, son quartier d’enfance, qui est aussi le premier quartier que l’on va visiter dans le jeu et où l’on va faire nos premières missions.

On remarque alors vite trois choses :

  • Le gameplay assez rigide, Lincoln a une sorte d’inertie dans le mouvement « assez chiante à maitriser » et des cinématiques « d’éliminations » au nombre de 4.
  • Un nombre de bugs graphiques incalculables…
Mafia III bug Problemo ?
Problemo ?
  • La DA qui est vraiment inégale, où l’on va avoir une superbe modélisation des personnages principaux et de certains espaces intérieurs. Mais au-delà de ça, c’est du random PNJ modélisé à la va vite et dont l’IA est proche du 4e sous-sol et le brouillard cache misère comme on peut l’avoir dans certains jeux

Mafia III nuage cache misère

Néanmoins, il n’y a pas que du mal à dire. Il y a aussi du mitigé avec les 54 missions principales que propose Mafia III. Oui, oui, 54 missions plus ou moins courtes, mais 54 missions ça vous offre de base une bonne vingtaine d’heures de jeu DI.RECT.
Cependant, sur ces 54 missions, vous retrouverez principalement 5/6 missions que vous referez par quartiers et où seul le thème change. Car oui, le but final du jeu est de contrôler tous les quartiers (9 en tout) de New Bordeaux.

Mafia III mission
Ce qui fait en moyenne 6 missions par quartier, et je vous jure qu’à la fin… ça devient trop mais beaucoup trop répétitif… Par exemple, vous devrez neutraliser à bord de leurs voitures : de gros clients de prostitués, des distributeurs de drogues, etc… ou encore aller piller les caisses de *ici insérer la catégories de vice possible*.

Je sais bien que ce système est classique dans ce genre de jeu, mais je trouve toujours cela dommage de se limiter à une action répétée 10 fois. D’ailleurs c’est exactement la même chose qui m’avait fait abandonner Assassin’s Creed Syndicate, car en plus d’être répétitif le scénario était barbant à souhait…

Mafia III Lincoln

Autre point mitigé le personnage de Lincoln Claye. LE soldat patriote par excellence, revenu du Vietnam et non reconnu pour ses états de service, est une armoire à glace froide et lourde.
Vous aurez le choix entre être un pacifiste (saloperie de hippie) ou un vrai soldat qui repart en guerre en tranchant autant de gorges que possible. Autant le background du personnage est sympa et très psychologique. On nous montre la ségrégation mais aussi les symptômes post traumatiques de la guerre, qui à l’époque, n’étaient pas reconnus; autant sa jouabilité et son côté Rambo sont assez irritables. En mode difficile, seul il arrive à mettre à terre une ville entière avec un petit pistolet et/ou un fusil de précision.

Mafia III traite des noirs

Certes cette sensation de toute puissance n’est que très rare dans les jeux de ce type mais je trouve que Claye n’est carrément plus humain et sort de son cadre de soldat traumatisé. Le mec est plus proche de Captain America que d’un soldat du Vietnam.

Mafia III Rambo
Rocky ?

Bref la seule chose qui m’a tenu en haleine est l’histoire. Bien que classique, le thème de la vengeance est bien ficelé et nous tient en haleine grâce entre autres aux flash-back et/ou aux épisodes racontés 40 ans après les faits par le Père James Ballard.

Mafia III Père Ballard

Malgré quelques impairs dans la crédibilité générale de son ascension au pouvoir, nous avions envie dès le début de connaître le fin mot de l’histoire entre Lincoln Claye et Sal Marcano. Et clairement c’est ce qui nous a fait tenir jusqu’à la fin du générique des credits.

Mafia III Sal Marcano

.

Conclusion

Vous l’aurez compris Mafia III n’est clairement pas le GOTY (jeu de l’année), mais pose des bases intéressantes et s’y tient. On notera le scénario et le magnifique boulot fourni autour du story-telling et on oubliera clairement le côté GTA du « je te fais traverser la map en long en large et en travers pour faire la même chose qu’il y a 20 min ».

Bref ça casse pas trois pattes à un canard mais il vaut le coup d’être fait, mais pas à 70 € !

On retiendra :

– Bande-son de folie (Hendrix, Stones, Animals)
– Story Telling travaillé
– Avoir osé parler de la ségrégation

On oubliera :

– La DA en demi teinte (nuage magique !)
– La répétition des missions
– Les bugs à répétition

Note : 3 out of 5 stars (3 / 5)

65% Complete

Site officiel : https://mafiagame.com/fr/

Réseaux sociaux : Facebook, Twitter, YouTube

Supports : PC, PS4, Xbox One

Prix indicatifs : sur Amazon 40 euros sur consoles et 26 euros sur PC


Satania

Satania est un joueur dans l’âme. Depuis sa plus tendre enfance, il chérit ses manettes et consoles. Moult années plus tard et malgré une vie de couple et un enfant, cela n’a pas changé ! Types de jeu favoris : FPS / Action- aventure / RPG. Top 3 vidéoludique : Destiny / Final Fantasy XIV / Bloodborne

3 thoughts to “[Test] Mafia 3 – Le Scorsese de 2016 ?”

  1. Tres bon test. je suis en train de le faire et je suis du même avis surtout pour le côté repetitif. des fois je trouve aussi que le perso a du mal à reagir en combat rapproché.

    1. Le mode combat est assez mal fait également en effet …
      en plus de l’animation que j’ai cité dans le test, il y en quelques bugs de collisions ou des coups qui ne touchent pas mais traversent les PNJ 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.