Skip to main content
Sorti à l'origine en 2012 sur PC/360/PS3 puis en version GOTY en 2013, Dishonored avait été très bien accueilli par les critiques pour sa direction artistique innovante et son gameplay adapté à différents types de joueurs. Aujourd'hui, le duo Arkhane/Bethesda revient et sort Dishonored definitive edition sur X1/PS4 en attentant l'arrivée de Dishonored 2 en août 2016.

[Test PS4] Dishonored definitive edition

Cette semaine nous allons tester sur PS4 – Dishonored definitive edition !

Dishonored est un jeu développé par les Français de chez Arkhane Studios et édité par Bethesda.
Sorti à l’origine en 2012 sur PC/360/PS3 puis en version GOTY en 2013, il avait été très bien accueilli par les critiques pour sa direction artistique innovante et son gameplay adapté à différents types de joueurs.
Aujourd’hui, le duo Arkhane/Bethesda revient et sort Dishonored definitive edition sur X1/PS4 en attentant l’arrivée de Dishonored 2 en août 2016.

Dishonored est un jeu action/aventure en vue subjective, dont le style de gameplay est à mi-chemin entre un Thief et un Bioshock infinite, plutôt novateur dans un style « adaptatif » entre infiltration et violence sans retenue dans une ambiance Steampunk néo victorien.

Histoire


Dunwall, empire touché par le fléau de la peste voit l’écart se creuser entre le peuple vivant dans les tréfonds de la cité mourante et sa haute aristocratie perchée et retranchée au sommet de la ville avec un antidote rationné leur permettant de vivre.

Sympa l'ambiance !
Sympa l’ambiance !

On incarne Corvo Attano, protecteur royal de l’impératrice Jessamine Kaldwin le jour et dresseur de rats la nuit qui va se retrouver bien malgré lui au cœur d’un complot sans précédent !
Alors qu’il revenait d’une mission offcielle pour trouver un remède à la peste dans les îles environnantes de Dunwall, le pauvre Corvo assiste à l’assassinat de l’impératrice et au kidnapping de la belle et unique héritière Emily Kaldwin :3

Corvo accusé d’avoir tué celle qu’il devait protéger, se retrouve enjôlé dans la prison de Dunwall.
Fin du game…
Non Arkane avait un peu plus ressources dans la manche !
Corvo arrive à s’évader plus facilement que Michael Scofield de Prison Break (et sans carte tattouée!) et se lance dans sa quête de vengeance chevaleresque.

Test


Cette version PS4 n’est malheureusement pas un petit bijou de remasterisation… mais un simple portage avec un petit lifting.
On joue concrètement à la version GOTY PC du titre sortie il y a 2 ans et ça se sent !
Une bonne partie des textures est floue, la profondeur de champ des paysages que l’on peut voir est cachée par le nuage magique que même Songokû n’aurait pas voulu chevaucher…

Et ont se plaint de la pollution de l'air à Paris ?
Et on se plaint de la pollution de l’air à Paris ?

 

Le « Fameux » nuage cache misère

Le chara-design lui aussi prend un coup dans le nez car il est assez angulaire et cela se ressent encore plus apès avoir pu vivre de magnifiques expériences graphiques sur PS4.

Mais 2 ans après la sortie de la version originale c’est toujours plaisant de retrouver Corvo.
Tout n’est pas mauvais dans cette definitive edition! En effet elle comprend les trois DLC payants : Dunwall City Trials,  La lame de Dunwall & les sorcières de Brigmore, ce qui vient compléter l’expérience de jeu en l’enrichissant de quelques heures de jeu supplémentaires et de challenges corsés!
La mécanique de jeu est toujours aussi plaisante ! Vous avez un objectif et pour y arriver plein d’options qui s’offrent à vous !
Le jeu est conçu de sorte à vous obliger à réfléchir à la manière de vous lancer dans la mission.

Finesse ou bourrin à vous de choisir !
Finesse ou bourrin à vous de choisir !

Personnellement, j’opte la plupart du temps par une approche furtive après avoir fait le tour du propriétaire par les toits … mais j’avoue que 20 % du temps c’est un échec cuisant et je me retrouve à battre le fer avec la moitié de la ville… (édit Zelda : 80 % du temps je pense plutôt 🙂 )

Pour finir on vous met la bande annonce de Dishonored (premier du nom) pour vous mettre un peu plus l’eau à la bouche

Avis


Satania :

Si vous êtes passé à coté de ce jeu sur la précédente génération de console c’est le moment de rattraper cette erreur !
Dishonored est un jeu qui gagne à être connu et qui se rejoue avec plaisir.
Si vous aimez l’action, les pouvoirs surnaturels et l’infiltration, ce jeu est pour vous !
Si, par contre, vous aviez déjà suivit les aventures de Corvo par le passé cette édition n’est pas un vrai plus dans l’expérience et je ne saurais vous conseiller d’attendre patiemment Dishonored 2 l’année prochaine.

Certains lui reprocheront d’être trop court mais je ne partage pas cet avis !
Tout dépend de votre style de jeu, si vous aimez les FPS et que vous décidez de bourriner le scénario à coup de pouvoirs et arbalète le jeu se termine rapidement (~8h-10h) certes mais le vrai challenge reste de le finir tel Solid Snake sans décoché un seul carreau, sans se faire repérer et en n’utilisant que le pouvoir Clignement (et pas un carton)!

Note du joueur : (3,5 / 5)

Zelda :

D’un point de vue graphique, ce n’est pas le plus beau jeu que j’ai vu. Les textures piquent un peu les yeux. En même temps, c’est normal pour un portage, il ne faut pas en attendre plus. Par contre, le graphisme des écrans d’astuce est sympa.

Niveau audio, deux voix m’ont interpellées : la première est la voix du coeur. Je connais cette voix, doublure française d’une série ou d’un autre jeu, je ne sais plus !!! Si un G.L. (Gentil Lecteur) veut bien éclairer ma lanterne, je suis preneuse :3
La seconde est celle d’un super-pouvoir : le fourchelangue !
Enfin, l’histoire commence fort : un meurtre, une trahison et de la torture ! Il y a de quoi faire !
Au final, ni pour ni contre Dishonored, j’ai toujours du mal à accrocher à un jeu dans lequel je ne vois que les mains du personnage. Je ne suivrais donc probablement pas la suite du jeu.

Note du spectateur : (3 / 5)

 


One thought to “[Test PS4] Dishonored definitive edition”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.